Fast track

Temps estimé pour la lecture de cet article : 3 min

Le fast track est un concept de planification de projet qui existe depuis longtemps dans la gestion de projet TI.  On l’utilise pour compresser le calendrier du projet en démarrant des activités d’exécution plus tôt que prévu (par exemple, alors que l’analyse n’est pas terminée).

 

En quoi consiste le fast track ?

Le fast track consiste à prendre un des biens livrables du projet et à mettre en branle l’ensemble des activités requises pour le produire jusqu’à sa pleine livraison et approbation.  On mesure alors l’effort (en heures ou jour) requis pour le produire (grâce aux feuilles de temps) et on utilise ces métriques comme référence pour estimer l’ensemble des tâches du projet.

Pour les projets habituels ou quand même répétitifs (projets applicatifs, implantations ERP, etc.), on développe habituellement des grilles d’estimation qui permettent d’évaluer l’effort des tâches en fonction du niveau de complexité de celles-ci.  Cependant, dans certains types de mandats, on réalise des activités qui sont nouvelles et on peut n’avoir aucun repère pour estimer l’effort sous-jacent.  C’est ici que le fast track prend tout son sens.

 

Dans quel contexte utilise-t-on le fast track ?

Le fast track peut être utilisé dans tous les contextes ou on doit produire un livrable inhabituel, pour lequel on a peu de référence ou encore pour lequel l’équipe de projet n’arrive pas à s’entendre sur les estimés d’effort.

Dans les projets de type applicatif, il peut arriver qu’on ait à réaliser un changement répétitif dans de nombreux modules suite, par exemple, à la mise à jour d’une composante.  Devant une difficulté d’estimer ces tâches, on va donc procéder à un fast track en réalisant le changement de A à Z sur trois modules par exemple.

 

Quels bénéfices apporte-t-il ?

Le fast track apporte deux avantages majeures à la gestion du projet:

  • Il permet de compresser le calendrier d’exécution global du projet en démarrant certaines activités plus tôt que prévu.
  • Il réduit de façon importante le degré d’incertitude relativement aux estimation d’efforts.  Ceci peut donc se traduire par une réduction de la provision pour contingence.

 

Conclusion: Un outil de plus pour le gestionnaire de projet

On le comprend aisément: c’est un outil de plus pour la boîte à outils du gestionnaire de projet.  Ce dernier pourra l’utiliser à sa guise, lorsque le contexte s’y prêtera.

 

Lectures supplémentaires

Je vous propose de consulter également les références suivantes, qui m’ont été fort utiles lors de la rédaction de ce billet:

 

Simon Chamberland
Simon oeuvre dans le milieu des technologies de l'information depuis 1995. Il possède une quinzaine années d'expérience de conseil en technologies de l'information et gestion. Il a débuté sa pratique de consultant indépendant en 2007 et a fondé Brome Conseil en 2009. Il est Président et Conseiller senior au sein de l'entreprise. Simon réside à Sutton, dans la région de Brome-Missisquoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*